Accueil Actualités Agenda Parcours Spectacles Presse Photos Audio Video Liens
 

Remarquée par John Eliot Gardiner alors qu’elle entame sa première année au Conservatoire de Toulouse dans la classe de Berthe Monmart, Edwige Bourdy est engagée au Festival d’Aix en Provence où elle crée le rôle de Polymnie dans Les Boréades de Rameau  mis en scène par Jean-Louis Martinoty. L’année suivante, John Eliot Gardiner lui confie la Matelote et Une Prêtresse dans Hippolyte et Aricie. Sous la direction de René Jacobs, rencontré au Studio Baroque de Versailles et dans des mises en scène de Gibert Deflo, elle interprète Damigella dans Le Couronnement de Poppée et La Bergère du Roland de Lully, notamment à l’Opéra de Montpellier et au Théâtre des Champs Elysées. A l’Opéra Comique, à l’Amphithéâtre Bastille et au Japon elle chante avec l’Ensemble Clément Janequin dirigé par Dominique Visse dans les Comédies Madrigalesques, spectacle mis en scène par Mireille Larroche.

Elle étudie également auprès de Rita Streich, de Mady Mesplé ainsi qu’à L’Ecole d’Art Lyrique de l’Opéra de Paris dans les classes de Denise Dupleix et de Simone Féjard et après ses débuts au Capitole de Toulouse avec Barberine des Noces de Figaro, sous la direction de Michel Plasson, elle interprète notamment Sœur Constance dans Les Dialogues de Carmélites, Salle Pleyel et à la Halle aux Grains ainsi que Le Feu, La Princesse, le Rossignol dans L’Enfant et les Sortilèges, rôles  qu’elle chantera ensuite au Théâtre de Champs Elysées et en tournée dans les Pays de la Loire avec Marc Soustrot. Viendront ensuite Blondchen de L’Enlèvement au Sérail, Sophie de Werther, Carmela dans La Sainte de Bleecker Street, Frasquita dans Carmen...

Edwige Bourdy collabore à plusieurs projets de musique contemporaine notamment : La Célestine de Maurice Ohana à l’Opéra Garnier,  La Noche Triste de Prodromidès à l’Opéra de Nancy, Le Miracle Secret de Martin Matalon au Festival In d’Avignon, travaillant ainsi avec les metteurs en scène Jorge Lavelli, Antoine Bourseiller, Alain Gangneron. En concert elle chante Le Quatuor N°2 de Betsy Jolas et Shin'Gyo de Pascal Dussapin à Londres et Lady Madeline dans La Chute de la Maison Husher  de Fedele  sous la direction d’Olivier Dejours

Elle interprète également le répertoire sacré de Bach, Mozart, Haydn, Brahms, Haendel, Vivaldi, Rossini, Fauré... avec José Aquino, Jean-Walter Audoli, Paul Gateau, Colette Chauvet, Jean-Marc Andrieu... et se produit en  récital avec les pianistes Philippe Alègre et Erika Guiomar ainsi qu’avec l’organiste François Espinasse.

Elle fait ses premières armes à la Péniche Opéra avec le rôle de Coraline dans Le Toréador d’Adolphe Adam aux côtés d’ Yves Coudray et de Lionel Peintre qui deviendront ses partenaires de scène privilégiés. Ce sera pour Edwige Bourdy le début d’une longue et enrichissante collaboration avec Mireille Larroche et ce laboratoire foisonnant du spectacle vivant. Un parcours jalonné  de précieuses et fidèles rencontres artistiques : Jean-Claude Pennetier, Vincent Leterme, Claude Lavoix, Anne-Marie Gros, Michel Ronvaux... autour d’enrichissantes  créations dans tous les domaines musicaux : Les Docteurs Miracle Bizet-Lecoq, La SADMP Guitry-Beydts, La Botte Secrète Terrasse, les Caf’Conc’ Hervé, La Poule Noire et Rayons des Soieries Nino-Rosenthal  mais aussi La Belle Lurette et Les Cantates de Bistrot Gourio-Bouchot, Shadoks et Compagnie et Des Shadoks à Dada de Denis Chouillet ou encore V’lan dans l’œil et Les Aventures du Roi Pausole à l’Opéra Comique et Tchériomouchki de Chostakovitch à l’Opéra de Toulon...

Choisie par l‘homme de théâtre Jacques Nichet, elle crée à Montpellier au Théâtre des Treize Vents, à Lisbonne et au Théâtre des Abbesses, les trois rôles pour voix de femme de L’Épouse injustement soupçonnée Cocteau-Stéphan. Dans des mises en scène de Yves Coudray, elle interprète, avec La Symphonie du Marais dirigée par Hugo Reyne, Madame Riss dans Les Femmes Vengées Sedaine-Philidor puis Colombine dans La Surprise de L’Amour  Marivaux-Poise

Complètement séduite  par Marie Dubas qu’elle découvre grâce à Françoise Masset  et vivement encouragée par Vincent Vittoz, Edwige Bourdy crée avec lui comme metteur en scène et le pianiste Christophe Maynard Marie Dubas de Haut en Bassorte de kaléidoscope musicothéâtral autour du répertoire formidablement éclectique et flamboyant de celle qui fut la plus grande fantaisiste de l’entre-deux guerres. Ce spectacle de Music-Hall, créé en coup de cœur à la Péniche Opéra et joué au Théâtre du Tambour Royal au Festival d’Avignon au XX° Théâtre, à l’Opéra de Toulon de Besançon, de Rennes ... enthousiasmera et touchera tous les publics : le monde lyrique, Mady Mesplé, Vincent Le Texier, Natalie Dessay, mais aussi Suzy Delair, Christiane Legrand, Martin Pénet, François Bellair, le fils de Marie Dubas...

Edwige Bourdy crée ensuite le personnage d’Arlette dans L’Oiseau Rare, une comédie musicale écrite par Yves Coudray sur une idée et dans une mise en scène de Caroline Loeb avec au piano Gilles Baissette et Benoît Urbain. Ensuite, avec la Compagnie Tutti Arti naitrons tout d’abord Musique de Placard, un spectacle de Vincent Vittoz composé d’un savoureux mélange de textes de Dubillard et de musiques d’Offenbach puis En attendant le Messie,  un cabaret lyrique mis en scène par Jean-Philippe Salerio construit à partir de l’œuvre d’Hanokh Levin avec le compositeur et pianiste Denis Chouillet. Elle joue également dans Café Allais Opéra Fumiste en douze tableaux monochromes conçus et mis en scène par Gilles Bugeaud et Pierre Méchanick autour de l’œuvre d’Alphonse Allais sur une musique de Nicolas  Ducloux.

Parallèlement au théâtre musical elle continue à chanter la musique légère et le répertoire d’opérette : Antoinette dans Ô mon bel Inconnu à l’Opéra de Rennes et à l’Opéra de Metz ainsi que Francine dans Un de la Canebière avec Jacques Duparc et Josepha dans L’Auberge du Cheval Blanc, Agathe Coquenard dans Véronique à l’Opéra de Saint-Etienne mis en scène par Alain Garichot. Son travail est salué par Benoît Duteurtre qui l’invite à plusieurs reprises sur France-Musique dans son émission : Etonnez-moi Benoît. Invitée pendant deux étés au Festival Offenbach d’Etretat, elle y interprète notamment, dans L’Ile de Tulipatan, Théodorine, rôle qu’elle chante également, avec la Fleur de Souffre du Croquefer d’Offenbach, au Festival Dei due Mondi à Spoletto dans une production de la Compagnie Les Brigands.

Parmi ces interprétations on peut citer également Madame Boulingrin au Theater an der Wien dans Les Boulingrin Courteline-Aperghis et Anna dans The King and I Rodgers & Hammerstein, au Théâtre de la Croix Rousse avec l’Orchestre et  la Maîtrise de l’Opéra de Lyon dirigés par Karine Locatelli dans une mise en scène de Jean Lacornerie. Elle joue aussi dans le  boulevard lyrique  de Raphaëlle Farman et Jacques Gay Attention Maîtres Chanteurs et retrouvera prochainement à l’Opéra Comique Donatienne Michel-Danzac, Marc Mauillon et Paul-Alexandre Dubois dans la nouvelle création d’Ivan Grinberg et Marc-Olivier Dupin Robert le Cochon et les Kidnappeurs.

Flashback
 

Haut de page