Accueil Actualités Agenda Biographie Parcours Spectacles Presse Photos Audio Video Liens
« En Attendant Le Messie »

Générique :

Mise en scène et adaptation : Jean-Philippe Salério

Textes d’Hanohk Levin -
Laurence Sendrowicz, textes français

Musique : Denis Chouillet

Production: Compagnie Tutti Arti

Coproduction: Théâtre Musical de Besançon,

Ferme de Villefavard en Limousin

Création au Festival des Bouchures, août 2011

Avec : Edwige Bourdy, soprano - Rodolphe Briand, ténor
Jean-Louis Meunier, ténor - Franck Leguérinel, baryton,



Cliquez sur pour lire la 2ème vidéo

Denis Chouillet, piano - Fabrice Villard, clarinette - Nicolas Crosse, contrebasse - Guillaume Lantonnet, percussions
Marie-Noëlle Semet, costumes et scénographie - Yoann Tivoli, lumières - Yvan Bernardet, régie

Voir le dossier de presse

Photos du spectacle


 


D’abord un immense cube blanc et des artistes qui arrivent habillés de noir ! Mais après quelques minutes tout se déglingue et nous intrigue : un acteur arrive avec un grand soleil autour de la tête, le cube possède des portes qui transforment totalement son aspect.

Selon les scènes, les panneaux s’ouvrent et laissent apparaître des surfaces colorées, une loge de comédien. Nous assistons à des scènes de vie, chantées, dansées, jouées. Selon les cas, la scène est un solo, un duo, ou rassemble les 4 comédiens / chanteurs, quelquefois même les 4 musiciens deviennent aussi acteurs.

On va de surprise en surprise : Là un homme en costume d’hiver, là une femme qui sort du théâtre avec une veste de fourrure, là ils sont quatre en queue de pie aux couleurs chatoyantes. La musique de Denis Chouillet accentue le côté ironique, décalé, étrange des scènes. Les comédiens / chanteurs se posent des questions qui resteront sans réponse. Rien n’est prévisible. Pourtant un lien existe derrière cette folie agréablement grinçante : les textes d’Hanohk Levin nous parlent des faiblesses de l’homme, des absurdités de la vie, des rencontres imprévues.

Au final : tous ils se griment en clowns blancs, ils chantent, l’image est drôle mais les paroles finales « le dernier râle »nous alertent soudain. Après la vie, souvent absurde, la mort est là, absurde aussi...