Accueil Actualités Agenda Biographie Parcours Spectacles Presse Photos Audio Video Liens

« Musique de Placard »

Textes de Rolland Dubillard tirés des Diablogues.

Musique de Jacques Offenbach

Mise en scène et adaptation: Vincent Vittoz

Lumière et collaboration artistique: Martin Kubich

Avec :

Edwige Bourdy, Antoine Garcin,
Vincent Vittoz,

Yann Molenat: piano
Vidéo


Photos du spectacle

Note d’intention :

Musique de Placard est un spectacle composé de textes tirés des Diablogues de Roland Dubillard et de scènes extraites d’ouvrages d’Offenbach.

Yann Molénat pianiste, Edwige Bourdy, Antoine Garcin et Vincent Vittoz qui assure également la mise en scène de cet absurde objet lyrique, se partagent les élucubrations abstraites de ces deux artistes qui ont su comme personne, à leurs époques respectives, manier la fantaisie et la loufoquerie jusqu’à des extrêmes.

Que ce soit, entre autres, les Monstres Sacrés, Musique de Placard, le Compte-gouttes pour Dubillard ou bien le Duo de la Leçon Electro-magnétique, les Élucubrations d’un compositeur toqué dans Fagotto ou encore le trio italien de Monsieur Choufleuri restera chez lui pour Offenbach, ils sont tous deux sur une même longueur d’onde, l’absurdité humaine poussée jusqu’à la folie et l’illogisme.

Ce spectacle choral en fera une délirante démonstration. Le spectacle tournera autour d’un thème : de la composition musicale et de son exécution.

Nous avons choisi des textes ayant ce même lien entre eux. Un professeur de chant, des compositeurs, des amateurs de musique classique, d’improbables interprètes lyriques seront les personnages de cette ronde absurde.

Un travail stylistique sera incontournable : comment faire cohabiter deux formes théâtrales bien différentes et répondant à deux techniques de jeu bien distinctes ? Trouver un troisième code théâtral pouvant livrer, au même diapason, l’absurdité de ces deux auteurs

Peu d’accessoires, des costumes de tous les jours, quelques chaises et ainsi la folie pourra prendre toute sa place dans notre quotidien. Contemporain de Beckett, d’Adamov et d’Ionesco, Roland Dubillard (°1923) incarne une forme très particulière de nonsense à la française, quelque part entre Jean Tardieu et Jacques Tati.

Haut de page